couple princier

FELIX ET IRINA
YOUSOUPOFF

Élevé dans les somptueux châteaux familiaux, Félix YOUSSOUPOFF a un goût affuté, formé très tôt par son entourage. Dès sa jeune enfance il admire la beauté de sa mère et ses toilettes irréprochables, ses diamants légendaires et ses perles inestimables. Felix grandit élégant, raffiné et doté d’une grande intelligence. Son goût immodéré pour le luxe et la beauté, son milieu et son entourage influencera considérablement ses créations pour la Maison IRFÉ.



Parmi les Maisons de haute couture européennes existantes, nous aurions bien de la peine à en trouver une qui rivaliserait avec le parfum d’exclusivité qui se dégage de la Maison IRFÉ, fondée à Paris en 1924 par un couple princier les YOUSSOUPOFF. Le nom IRFÉ est la contraction des deux prénoms de ses cofondateurs : Irina et Félix.

Elle — la Princesse Irina ROMANOFF, une jeune beauté éblouissante, appartenant à la famille impériale, nièce du tsar Nicolas II et petite fille préférée du tsar Alexandre III.

Lui — Prince Félix YOUSSOUPOFF et Comte SOUMAROKOFF-ELSTON, descendant d’une des plus anciennes familles de Russie est considéré comme le plus bel homme de tout l’Empire. Il fait de brillantes études à Oxford et il héritera d’une grande fortune que l’on dit plus grande que celle du tsar ellemême. Dès sa plus tendre enfance, il évolue dans les cercles raréfies de la haute noblesse Russe et Européenne.

LE
DELRNIER MARIAGE
DE L’EMPIRE

Le mariage de Irina et Felix s’est inscrit dans l’histoire, car il est devenu le dernier dans la famille impériale avant le début de la Première guerre mondiale qui éclata lorsque les jeunes mariés sont en voyage de noces en Allemagne.

La Grande Révolution d’Octobre voit les Yussoupoff quitter à jamais la Russie. Les époux s’installent alors à Boulogne-Billancourt en région Parisienne. Ils emménagèrent par la suite a Paris où le Prince fonde un petit théâtre et peu de temps après la Maison IRFÉ.

LA MAISON DE COUTURE IRFE

L’ideé d’ouvrir sa propre Maison Place Vendôme. Le traditionnel défilé des mannequins commence tard dans la nuit et se termine par un grand bal. Irina YOUSSOUPOFF qui défile laisse une impression indélébile sur le public parisien plutôt blasé. Elle est reconnue par ses contemporains comme l’une des plus belles femmes de son époque et l’exemple même de l’élégance et du raffinement. Elle prêtera son allure racée aux créations de la Maison IRFÉ et en deviendra l’image notamment lors de séances photos a vocation publicitaire.

La première collection a été créée avec la participation des amis et de la famille YOUSSOUPOFF: le frère d’Irina, le Prince Nikita ROMANOFF, accompagné de sa femme, la Princesse Marie VORONTZOVA-DACHKOVA, Mikhail et Nonna KALACHNIKOFF. Les modèles IRFE étaient très modernes — androgynes, pour les jeunes filles à la garçonne. Ci-après un extrait des notes prises par un journaliste français au sujet des modèles de la Maison IRFÉ, en 1925: ˮLe goût original et raffiné, le travail minutieux et la vision artistique de la couleur ont mis, d’un coup, cet atelier modeste au rang de Grandes Maisons De Coutureˮ.

‘‘ La collection qui vous est présentée, est en même temps la sélection, car elle n’a point
de modèles non réussis ‘‘
- Français Vogue, 1926

Ci-après un extrait tiré du magazine français Vogue concernant la collection IRFÉ de 1926: «La collection qui vous est présentée, est en même temps la sélection, car elle n’a point de modèles non réussis». Le magazine a présenté la robe «La chauve-souris» de coupe originale et la robe «Nénuphars». Les modèles sportifs valent une attention particulière.

Le succès de la Maison IRFÉ est dû à sa créatrice, Irina ROMANOFF, qui était véritablement une beauté à Paris pendant les années 20. Les mannequins, de belles princesses et comtesses, ont contribué, par ailleurs, à la promotion de la Maison, en parlant de leurs toilettes dans plusieurs langues. IRFÉ ouvrit peu après de nouvelles filiales en Normandie, à Londres puis à Berlin. Le succès de la Maison permet au Prince YOUSSOUPOFF de développer de nouvelles activités: un magasin de porcelaine YOUSSOUPOFF voit le jour et le Prince participe à la décoration de trois restaurants à Paris.


La Princesse Mia OBOLENSKY en robe de la Maison IRFĒ. Paris, 1930

LA MAISON IRFE
ET SES PARFUMS

En 1926 la Maison IRFÉ lance une ligne de parfums avec une production volontairement limitée. Suivant l’exemple de CHANEL, Félix et Irina YOUSSOUPOFF donnent à leurs parfums le nom IRFÉ. Irina et Felix ont participé a la composition des quatre essences: Blonde — pour les blondes, Brunette — pour les brunes, Titiane — pour les femmes aux cheveux châtains, et Grey Silver — pour les femmes a la chevelure argentée. Ce dernier est dédié à l’impératrice Maria Fyodorovna. La Princesse Marguerite de Grèce dessine une des publicités pour les parfums de la Maison IRFÉ.


À ce jour, seules deux robes de la Maison IRFÉ ont été retrouvées : l’une, en soie noire se trouve au Costume Insitute au Metropolitan Museum à New York, l’autre appartient à un collectionneur privé qui a voulu garder l’anonymat. L’immeuble de la Rue Duphot - siège de la Maison IRFÉ dans les années 1920, a gardé son aspect originel. En 1931, la Maison IRFE ferme ses portes et de toutes ses filiales, seuls les parfums légendaires perdurent jusque dans les années 60.

Le Prince Félix Youssoupoff décède le 27 septembre 1967 à Paris, à l’âge de 80 ans et son épouse Irina le 26 février 1970 à Paris à l’âge de 74 ans.


Irina, la fille de Félix et Irina, s’est mariée en juin 1938 à Rome au Comte Nicolas CHEREMETEFF. La seule enfant, née de ce mariage, Xenia Nikolaevna SFIRIS, née Comtesse CHEREMETEFF, vit aujourd’hui entre Athènes et Paris. Elle a une fille et deux petites filles.


Olga Sorokina — owner and creative director of the Maison IRFE

-
OLGA
SOROKINA

C’est au cours de l’année 2006 qu’Olga Sorokina fit la connaissance de la petite fille du Prince Youssoupoff, Xenia Cheremetieff-Sfyri. Lors de l’une de leurs multiples rencontres, Olga propose de faire revivre la Maison IRFÉ et de lui redonner ses lettres de noblesse. Avec la bénédiction de Xenia, la maison de Couture trouve en Olga Sorokina sa nouvelle propriétaire.

«Je dois regarder en avant et ne pas me retourner, afin d’écrire un nouveau chapitre de cette histoire qui a façonné IRFÉ», — dit Olga SOROKINA. «Quand j’ai commencé a réflechir à la création de la première collection, après 80 ans d’oubli, J’ai décidé avec mon équipe de travailler comme si la Maison IRFÉ ne s’était jamais arrêtée». Les vêtements créés par Olga SOROKINA, constituent la garde-robe de la femme moderne, lui permettant d’exprimer librement son style, sans aucune limite. Les créations d’Olga Sorokina sont à son image, urbaine et sophistiquée, et peuvent s’adapter à tout type de femme. Le principe clé est de permettre a la femme de combiner les pièces de la collection — toutes complémentaires — selon son propre style.

‘‘ Je dois regarder en avant et ne pas me retourner,
afin d’écrire un nouveau chapitre de cette histoire qui a façonné IRFÉ‘‘
- Olga Sorokina

LA RENAISSANCE
DE LA MAISON IRFÉ

La rétrospective de la création de la Maison IRFÉ, appelée alors «Renaissance» s’est tenue en juin 2008 au Palais de Tokyo et permit au monde de redécouvrir la Maison IRFÉ, ayant ainsi marqué le début du nouveau parcours créateur d’Olga SOROKINA.